Saga : Gardien des Cités Perdues

Auteur : Shannon Messenger

Editeur : Lumen

Parution : mai 2014

ISBN : 978-2-3710-2004-7

Genre : Jeunesse

Note : 18/20

 

Présentation de l’auteure : 

Shannon Messenger est une auteure américaine, née en 1991. Elle vient de l’Université de Californie du Sud où elle a étudié l’art, l’écriture et la production de films. Finalement, elle préfère écrire des histoires pour enfants. Elle publie Gardiens des Cités Perdues en 2012, aujourd’hui huit tomes sont sortis et la série n’est pas terminée.

 

Résumé :

Depuis des années, Sophie sait qu’elle n’est pas comme tout le monde. Elle est dotée d’une mémoire photographique… Mais ce n’est pas tout : elle entend penser les autres comme s’ils lui parlaient à voix haute. Un matin, sa classe se rend au musée d’Histoire naturelle et un étrange garçon l’aborde. Dès cet instant, la vie qu’elle connaissait est terminée : elle n’est pas humaine et doit abandonner son existence entière pour rejoindre un autre univers, qu’elle a quitté douze ans plus tôt. Une seule question l’obsède : qui est-elle ? Pourquoi l’a-t-on cachée dans le monde des humains ? Pourquoi n’a-t-elle que des souvenirs partiels de son passé ?

 

Avis : 

Pour commencer, j’adore ce premier tome des Gardiens des Cités Perdues ! On découvre une jeune héroïne perdue, mal dans sa peau, qui a des pouvoirs comme lire dans les pensées. Son monde change quand elle rencontre Fitz. Elle doit abandonner sa famille humaine pour aller dans un autre monde. Ce roman fait aussi beaucoup penser à Harry Potter. Il y a une héroïne avec des pouvoirs qu’elle ne connaît pas, qui découvre un autre monde, elle se fait des amis et va dans une école pour apprendre l’histoire et contrôler à ses pouvoirs. Mais, la comparaison s’arrête là. Le fil rouge est bien plus complexe et intense. On ne connait pas les parents de Sophie, les gens autour d’elle lui cachent des choses sur le passé et sur les mystérieux incendies dans le monde des humains.

Je me suis beaucoup prise d’affection pour les tuteurs de Sophie, Edaline et Grady. Ces derniers ont perdu leur fille vingt ans plus tôt et on sent que leur deuil est toujours présent et que c’est difficile pour eux d’accepter cette jeune fille « humaine » qui les sort du quotidien et de l’ombre. En revanche, je n’aime pas beaucoup le père de Fitz, Alden. Ce dernier cache beaucoup de choses à Sophie, il lui ment et c’est vraiment exaspérant !

Par contre, on ne respire pas vraiment dans ce tome. A chaque passage, il se passe quelque chose, on n’a pas le temps de souffler ou de découvrir. D’un côté, le roman fait déjà 500 pages donc si on prenait le temps de souffler, le livre serait encore plus gros x).

Le tome 2 s’annonce intense puisque l’un des professeurs de Sophie sera Bronte, un personnage qui la déteste. Il fait tout pour la discréditer depuis le début, et j’aimerais bien comprendre pourquoi. Est ce que c’est juste un connard ? Ou a-t-il de plus grandes motivations ? Suite au prochain épisode !

PlumeNoire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
21 ⁄ 7 =