Saga : La Faucheuse

Auteur : Neal Shusterman

Editeur : France Loisirs

Parution : décembre 2017

ISBN : 978-2-2981-3752-1

Genre : Science-Fiction

Note : 18/20

 

Présentation de l’auteur : 

Neal Shusterman est né en 1962 à Brooklyn, il est écrivain, poète et scénariste. Né dans un quartier défavorisé de Brooklyn, il obtient deux diplômes en psychologique et art dramatique. Il publie son premier roman en 1988 mais il est surtout connu pour sa série Les Fragmentés, publiée en 2007. En 2016, il publie le premier tome de La Faucheuse, une dystopie très intéressante. Elle raconte l’évolution de l’humanité, les progrès scientifiques et la mort.

 

Résumé : 

Dans un monde futuriste où la mort a été vaincue par les progrès scientifiques, la population est désormais plus heureuse. Il n’y a plus de famine, plus d’égalité riche-pauvre, plus de maladie et le monde n’est plus dirigé par les hommes. Il est dirigé par une IA, le Thunderhead. Afin d’éviter la surpopulation dans le monde, la communauté des Faucheurs a été crée. Grâce à des paramètres aléatoires, ils « glanent » (tuent sans aucun parti pris, sans sectarisme, sans préméditation) un certain nombre de personnes par an. Lors d’un concours de circonstance, deux adolescents nommés Citra et Rowan vont rencontrer un Faucheur, Maître Faraday, qui décide de les former au métier de Faucheur. Mais, ils vont découvrir que non seulement ce n’est pas si simple de devenir Faucheur, mais qu’en plus, la communauté est bien plus corrompue qu’ils ne le pensaient…

 

Avis : 

C’est la couverture qui m’a fascinée dans un premier temps. La quatrième de couverture ne permet pas vraiment de comprendre de quoi parle le roman. Heureusement, l’histoire commence dès les premières lignes. Le personnage de Citra montre une jeune fille très intelligente avec du caractère. On rencontre Maître Faraday, un Faucheur « assez âgé » et très sage. Je dis « assez âgé » car grâce à la technologie, l’Homme ne peut plus mourir d’un accident de voiture ou de maladie. Les gens vieillissent et peuvent avoir 200 ans, 500 ans, voir même beaucoup plus. Arrivé à un certain âge, l’Homme se fait rajeunir autant qu’il le veut, il peut ressembler à un adolescent ou à un homme de 30 ans s’il le désire. Mais Maître Faraday aime garder un physique d’homme mûr. Je pense que ça doit rassurer un petit peu les gens car les faucheurs foutent la trouille au premier coup d’œil.

Ensuite, on rencontre Rowan, un adolescent du même âge que Citra. Maître Faraday vient dans son école afin de glaner un adolescent et Rowan décide de rester jusqu’au bout afin de remonter le moral du jeune garçon. C’est ainsi que le Faucheur va décider de prendre les deux adolescents comme apprentis. On apprend petit à petit, en même temps que les apprentis, le monde fantastique des Faucheurs. Je trouve le concept très intéressant et enrichissant. De plus, les personnages sont très attachants. 

J’aime beaucoup voir les points de vue des différents personnages. Principalement les deux apprentis mais de temps en temps, on a celui de Maître Goddard, un Faucheur assez cruel. A chaque début de chapitre, on a également un passage du journal d’un Faucheur. Par exemple celui de Dame Curie qui est une très vieille amie de Maître Faraday. On y lit ses expériences, ses sentiments, ses angoisses, cela permet de la connaître avant même que son personnage entre dans l’histoire. 

Je n’ai pas trouvé de défaut au roman, il est parfait ! L’histoire avance comme il faut et elle est très bien écrite. Les personnages sont très riches en détail. La fin du premier tome est très surprenante. On peut soit arrêter son voyage, soit comme moi désirer le continuer et en apprendre plus sur la communauté des Faucheurs. Je vous conseille vivement de lire ce roman, c’est une dystopie étonnante mais fort sympathique.

PlumeNoire

One Reply to “La Faucheuse, tome 1”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
16 + 8 =